L'homme aux fixations

par Yvon Lesaunier

« Alors il y a ceux qui s’enferment chez eux, scrutant le courrier et le programme télé. Puis il y a ceux qui voyagent à se perdre, qui s’enferment dans leur passeport »

(photo : "Morning Fog" Wix)

On nous a montés à l’envers. Figé dans le sol, accroché à notre image et à ses répercussions arborescentes. On se contemple et on se fixe soudainement. On se fixe sur nos habitudes, sur nos problèmes, on se fixe sur nos amours. L’acharnement cristallise alors nos problématiques qui infusent petit à petit dans nos vies. Soudain nous ne contemplons plus les choses pour ce qu’elles sont, mais pour ce qu’elles pourraient être pour nous. La vie n’est plus, l’extérieur n’existe plus. Seule subsiste cette envie morbide de faire savoir à la terre entière que l’on existe. Mais quand l’extérieur est balayé d’un revers de la main, alors naît cette contradiction source d’une déception permanente : comment maintenir une constante préoccupation fixée sur moi-même, comment maintenir dans un souffle mon angoisse de vie tout en résistant à l’extérieur en le confinant, en le repoussant ?

 

 

Partir à la découverte de notre extérieur ; voyagez en Somme ou dans la Meuse comme vous voudrez… Car on se porte souvent bien mieux avec soi lorsqu’on se retire de l’équation. La vie doit diffuser de tous ses pores et non y infuser.  

 

 

Le voyage, ce petit bijou séduisant qu’on jette à la mer comme on jette un message à qui voudra bien le lire. Expérimentation sur l’extérieur, le voyage sert une fois encore celui qui décide de se laisser, soudainement, sur le quai afin de permettre à l’autre et à l’ailleurs de s’exprimer. Le voyage est multidimensionnel et pas seulement kilométrique. Il est un apprentissage de l’altérité, il prend des visages aussi divers que l’amour, la douleur, la séparation, le renoncement, le courage, l’acceptation. Voyagez c’est cette ultime bravade que vous vous infligez à vous-même et à ses fixations qui vous maintiennent contre votre gré sur les berges de l’existence. On découvre alors que derrière nos peurs se cache bien souvent l’écho de nos inconscientes envies.

 

 

L’homme aux fixations se méprend sur son sort. Il substitue l’effet à la cause. Les contradictions entre ce qu’on a fait de nous et ce que nous sommes réellement éveillent en nous l’angoisse et la peur; nichées, entre nos fixations et nos espérances. Mais la peur de l’inconnu n’a rien d’un désir de confort. Alors il y a ceux qui s’enferment chez eux, scrutant le courrier et le programme télé. Puis il y a ceux qui voyagent à se perdre, qui s’enferment dans leur passeport. Mais le problème reste similaire pour ces deux versants que la forme a tendance à dissocier : fuir l’extérieur qui nous guette plutôt que de s’y ouvrir. Pour résoudre cette funeste équation, rien de tel que de prendre le large de nos propres horizons.

 

 

Dans cette curieuse dialectique, ceux qui nous exhortent à haïr le tourisme sont aussi ceux qui nous imposent leurs soirées diapos. Entre ces deux constructions sociales autour du voyage se nichent pourtant de multiples voyages. Petit ou grand voyage, le touriste tout comme son détracteur peuvent chacun à leur tour se retrouver dans cette posture figée, loin de l’altérité.  Rien ne sert de courir le monde, mais laissons-le plutôt nous aborder.

 

 

« Et pourtant, ceux qui critiquent le tourisme nous demande d’aimer le Tiers-monde et de ne jamais lui rendre visite, de nous intéresser aux peuples du Sud en renonçant à les fréquenter, comme si le moindre pied blanc posé sur le sol africain était un godillot militaire, comme si la caméra était le substitut moderne du fusil et le safari une forme déguisée de chasse à l’homme ».        

– Pascal Bruckner (Le sanglot de l’homme blanc, éditions du Seuil, 1983).

 

 

L’habitude n’est pas coutume et la vie est bien trop présente pour se cantonner chaque jour à la similarité. Être ouvert est bien cette aptitude à accepter les multiples dimensions de la vie. Être ouvert signifie, quelque part, avoir déjà beaucoup voyagé, dans sa tête ou en kilomètres, peut-être les deux à la fois.

Apprenons donc à discerner les vrais voyages. La planète peut se passer de touristes fixés à eux-mêmes, mais pas des touristes voyageurs. Acceptons de nous mettre de côté l’espace d’une rencontre. Au final, seule compte notre capacité à respecter l’altérité qui se présente à nous.

 

 

 

Yvon Lesaunier

 

 

Après une formation en anthropologie du sport ainsi qu’en management touristique, Yvon Lesaunier s’intéresse de près au tourisme durable et éthique. Toujours à contre-courant des systèmes, d’un tempérament curieux et multicasquette, et de temps à autre « sur le fil », il intègre logiquement l’équipe de « La croisée des routes ». 

 

Auteur-compositeur, il prépare en parallèle son album « Les rues d’or » qui aborde entre autres, la thématique du voyage. Les premiers échantillons musicaux sont disponibles sur sa page Facebook